Archive Page 2

Accès(s) vernissage 18/11/10

Laurent Pernot

Laurent Pernot - n'ayez pas peur

Mathias Delplanque donc, qui fait des nappes, longues, avec son ordinateur et tout plein de machines qui servent à contrôler sa bécane. Il a aussi des petits instruments métalliques pour créer de la matière en temps réel. Je me suis presque endormi… En plus le son n’était pas top, trop dans les médium-grave avec un souffle dont je ne saurait dire s’il était fait exprès. Tout ça aux anciens abattoirs dans une partie qui s’appelle « le frigo » (vraiment les anciens frigos des abattoirs). Chouette lieu, blanc, haut de plafond avec petits fours / pain houmous et vin blanc/rouge à volonté !

Mathias Delplanque

La performance de Mathias Delplanque (http://www.mathiasdelplanque.com) se déroulait dans une salle dans laquelle était installé une sculpture de Etienne Rey (http://www.ondesparalleles.org), représentation graphique d’un son de Mathias Delplanque dans l’espace, en suspension, faite de petites plaques de plexiglass ! La description ne tiens pas face à quelques photos:
Publicités

______

best western
worst eastern
arles night
big screen
bad gig
beautiful girls
nevermind
many beers
good night

Milos 19/03/09 10h53

Milos 19/03/09 10h53
chez moi, lucq-de-béarn (64).
carnet #1, page 153.

Romain va garer sa voiture.
On viens de jouer avec Artús (mais sans Pairbon) à Paris dans une petite salle.
On arrive à l’hôtel.
On rejoue le lendemain toujours à Paris.
Avec Thomas et Mathieu, on rentre dans l’hôtel, on monte des étages, on marche dans un couloir en cherchant une chambre libre.
Elles sont toutes prises, on va devoir dormir au fond du couloir dans une espèce de dortoir où déjà beaucoup de gens dorment, il est tard.
On dégottent quelques lits de libre côte à côte.
Juste à côté de mon lit, quelqu’un est en train de se coucher.
Je reconnais Milos Asian Teran, le mec qui tient le bar/concert El Inca.
Il me reconnait et me dit: « Nicolas Godin ? »
Je lui dis « Oui ».
On se fait la bise.
Il me demande si j’ai joué, je lui réponds que oui et qu’on joue encore le lendemain dans un lieu qui s’appelle « Le Local ».
Il me demande alors de le marquer sur la liste des invités: « Tu pourrais pas bidouiller un truc pour moi ? »
Il est très content.

Concert 16/03/09 09h30

Concert 16/03/09 09h30
chez moi, lucq-de-béarn (64).
carnet #1, page 149.

On va faire un concert avec familha Artús.
J’arrive en retard et les autres membres du groupe ont déjà installé mon matériel.
C’est le moment de jouer, je monte sur scène avec les autres, c’est moi qui doit commencer, normalement avec « Cantem ».
Je me rends compte que mon ordinateur n’est pas allumé, que tout est installé n’importe comment, avec les câbles trop tendus.
Je remet tout en place, ensuite je n’arrive pas à retrouver les sessions ableton live dans mon ordinateur.
Heureusement, les autres commencent un nouveau morceau que je ne connais pas, ils l’ont travaillé sans moi.
Je ne savais pas qu’ils allaient commencer le concert avec ce titre.
Ça me laisse le temps de chercher dans l’orinateur.
J’ai très peur, surtout que ce soir tous les amis sont là.

Cadavre 15/03/09 05h34

Cadavre 15/03/09 05h34
2 rue de naples, toulouse (31).
carnet #1, page 145.

Je suis dans une maison de vacance dans les montagnes avec plein de gens dont mon Frère, mon Père, Cindy et d’autres non-identifiables.
On a découvert que parmi nous, une femme avait tué quelqu’un et que son fils de 10 ans était son complice.
Avec Cindy nous allons au dernier étage de la maison pour chercher quelque chose dans les toilettes.
C’est un broyeur, Cindy entreprend d’ouvrir le moteur, elle en enlève plein de poils et de cheveux dégueulasses.


Lire la suite ‘Cadavre 15/03/09 05h34’

Mardi dix mars 10/03/09 08h03

Mardi dix mars 10/03/09 08h03
chez moi, lucq-de-béarn (64)
carnet #1, page 139.

Je suis au milieu d’une place, attablé avec plein de gens dont Cindy.
On mange des espèces de brioches.
On les trouve très bonnes, on se gave.
Plein de gens sont partis et nous ne sommes plus que 3 ou 4.
Un vieux givré viens alors nous menacer avec un couteau.
J’essaye de le faire partir mais il insiste.
Alors je hurle en appelant la police.
Je sais que sur la place il y a un commissariat.
Aucun flic n’arrive.
Je me mets à chanter une chanson de Ludwig Von 88, Fistfuck Playa Club: « policier moustachu, aime la bite, aime le cul… »
Et là, plein de flics débarquent.
Ils arrêtent le vieux.
Je marche sans but dans une longue galerie marchande qui donne sur la place.
Je passe plusieurs fois devant un fast-food remplis de kids.
A chacun de mes passages je remarque que c’est la même jeune personne qui sert les kids.
Je marche pendant à peu près 4h car dans le rêve je me dis que j’ai vu embaucher la serveuse à 14h et que là elle débauche, il doit être 18h.

All Cats Are Grey 07/03/09 10h30

All Cats Are Grey 07/03/09 10h30
chez moi, lucq-de-béarn(64).
carnet #1, page 135.

Je suis avec familha Artús (le groupe dans lequel je joue) et on doit faire une reprise de All Cats Are Grey des Cure.
Je dois installer mon matériel: caisse claire, toms et cymbales.
Tout va de travers, je n’arrive pas à trouver un bon emplacement pour chaque élément, ça ne tient pas, ça se casse et pendant ce temps là Romain me pousse en me disant qu’on va être en retard et qu’il faut que je me dépêche.

Hier j’ai joué à Pau avec familha Artús et ce soir on joue à Pessac.


Archives

Catégories

Shape2 on Flickr